Étiquettes Archives: plus inutile tu meurs

Documentaire : le geek du Nevada

Il y a quelques temps, nous avions tenté (sans succès) de définir et de redéfinir ce qu’est le geek. Nous allons aujourd’hui pouvoir aller encore plus en profondeur avec le concept de « geek du Nevada ». La définition en elle-même est extrêmement simple, et il suffit de ne remplir que deux conditions pour appartenir à cette […]

Tous les chemins mènent à Miami

Parlant dans un précédent billet de Miami, San en a profité pour glisser « discrètement » une référence à Burn Notice. Je me devais de rebondir sur le sujet, et d’en faire un billet retour.

Il existe des règles qui régissent les répliques cultes, et ces règles semblent immuables. Michael Westen nous l’a ainsi prouvé en proposant une version étasunienne de notre célèbre :
– Où ça ?
– DTC

Ainsi, au tout début de la série, lors du permier épisode de Burn Notice, il pose la question fatidique, à laquelle répond son ex-petite amie à la gâchette facile :
– Where am I?
– Miami.

Where am I? Miami.

La lose, un état d’esprit

L’auto-apitoiement, c’est tout un art, et je dirais même plus, c’est un sport, une science… une chaussette sale. Les futurs experts en Fail ont énormément de connaissances pourries et des siècles d’histoire de la nazerie à maîtriser. Ils doivent également se tenir à la pointe du progrès en matière de technologie en carton et de mauvais goût, pour que leurs moindres ratés se transforment en Epic fail et fassent la gloire de la lose.

Mais que sont vraiment ces Epic fails dont tout le monde parle? Qu’est-ce qui se cache derrière la façade légère et riante de la lose intersidérale? Nous vous invitons aujourd’hui dans un grand voyage jusqu’aux tréfonds des abîmes de la nullité… Ne vous inquiétez pas, le ridicule ne tue pas.

 

Please die

Ou peut-être que si…

 

Slinky Ô mon amour

Joyeux Noël! 😀

Ca fait longtemps! Allez on vous fait un petit billet! (vraiment petit mais bon c’est les vacances alors merde! C’est déjà pas mal >.<)

 
Bon euh à part ça… Oui donc les Ondomania, aussi appelés Slinky dans leur contrée d’origine (US?) sont des espèces de ressorts, soit en métal (comme ils étaient originellement faits pour), soit en plastique cassant et tout tordu. Vous en avez sûrement de vagues souvenirs de votre plus tendre enfance? ☺

Il est frais, mon mème, il est frais

Il est frais, mon mème, il est frais !

Peuh !… Même pas vrai

Bon, suite à ce jeu de mot débile (une fois de plus), je vais aujourd’hui vous introduire les mèmes internet – mais pas trop profond, quand même… Tout d’abord, on va faire appel à notre chère encyclopédie préférée pour en savoir un peu plus.

 Le mot mème vient de mimesis (du grec « imitation »), un peut comme le mot mimétisme. Cela désigne donc des éléments culturels transmis par l’imitation. Ce genre de phénomènes est très répandus sur le web, ce qui fait qu’on parle souvent de mèmes internet (« internet memes » en anglais. Attention, en français, il faut utiliser le è à la place du ê, pour ne pas confondre avec même !

En effet, sur la toile, les phénomènes de ce genre se reproduisent bien plus facilement et rapidement, avec l’aide de tous ces n00b et ces g33k qui répètent toutes les conneries qu’on leur dit et qui s’empressent de répandre la bêtise humaine à l’aide de leurs armes démoniaques : fessebook, la désencyclopédie, les chans et autresimageboards à la noix. Si ça ne tenait qu’à moi, je TUERAIS TOUS CES CONS A COUP de RM * ET ON EN PARLERAIT PLUS !!1!!1!one

Hum, hum… Merci, Wikipe-tan… Ton avis nous sera d’une grande utilité… Pour résumer tes propos, je dirai que les mèmes internet sont en fait l’œuvre d’internautes qui ont, volontairement ou non, pourri un peu plus encore la toile, la faisant plus ressembler à une croûte inspirée de Picaso, et s’éloignant de plus en plus de la Joconde…

Tout le monde connait au moins un mème, parfois sans le savoir. Oui oui, même toi là. Oui, toi, celui qui me lit depuis tout à l’heure ! T’as pas honte de me fixer comme ça ? Ca ne se fait pas ! Je suis sûr que tu connais un mème… Tu as sans doute entendu prononcer le mot « LOL » au moins une fois dans ta vie ? Tu as sans doute regardé la vidéo de 2 Girls 1 Cup (ou un ami à toi t’en a parlé… Si du moins tu as des amis…) ?

Un billet de mars, et ça r’part!

Tel les flots impétueux de vif-argent dévalant les pentes enneigées de la terrible Épine du monde, mes veines charrient les humeurs du destin et du temps. Rien n’échappe au torrent tout-puissant, rien ne fera changer son cours, il avance, imperturbable et tumultueux. Son lit chaotique abrite toutes les créations de la nature et de l’homme, ses peurs et sa force souveraine.

La manipulation coule dans mes veines!

FEAR! FEAR THE WRAITH OF MY MIND!

Aujourd’hui, c’est le retour d’un thème qui m’est cher : la manipulation *__* Mais non (les amateurs de sensationnel vont être déçus je sens), pas de tortures psychologiques à base de Britney Spears, rien de tel, seulement de la gentille et amicale manipulation d’image.

Arthur, Couillière!

Alors non ce n’est pas un billet sur Arthur, ni un billet sur ses coui…. (je sais, ça va en décevoir plus d’un, mais c’est comme ça.)
C’est bien un billet sur les cuillères! Et même principalement sur les petites cuillères.

Un billet sur les petites cuillères, je sais pas si vous vous rendez vraiment compte de l’incroyable médiocrité de ce sujet!!!!1!!! (… Ce qu’on ferait pas pour exaucer le souhait des petits enfants! Allez avouez, vous avez souhaité un billet pour Noël ^_^ Ben voilà 🙂 )