Étiquettes Archives: myopie

Faire un bon billet qui sent des pieds

Pour tout vous dire, Yosko lisait dernièrement un livre qui explique comment écrire un livre. Ça lui a bien plu, alors je me suis dit que ce serait une bonne idée de faire aussi un billet qui explique comment écrire un billet!

J’adore ces mises en abyme, c’est comme la vache qui rit qui… qui… rit… euh…

Ca déménage!

♪ Des cartons, des cartons, des petits cartons! ♪

On n’en est pas encore là, mais je prends un peu d’avance car l’écriture des billets étant pour nous une sorte de marathon, d’ici à ce qu’il soit publié, on devrait être juste dans les temps…

 

Oh putain, je sens que les images de ce billet vont déchirer du pangolin bavarois en kilt écossais!

 

Le point de croix, c’est lolant aussi

Hello World, bonjours à tous, fans de la première heure ou visiteurs perdus.

En préambule et sans transition, je tiens à attirer votre attention sur le petit sondage à droite, là, dans la colonne, à peu près entre les dernières insultes et les auto Zeldas. Ca n’a rien à voir avec le reste du blog où on parle de petites fleurs et de petits papillons, mais c’est important pour moi (et les résultats ne sont pour le moment pas très significatifs…)

 

Bon, suffit les divagations, place à l’action!

Le thème du jour est la broderie, et plus particulièrement le point de croix, puisque j’en fais, et que je dis déjà assez de conneries pour ne pas que ça soit en plus en territoire inexploré. Hé oui, j’essaie de nous ramener un nouveau lectorat de vieilles dames oisives et de jeunes filles que-c’est-leur-maman-qui-les-a-forcées, quel prodige! C’est rien, c’est normal, vous me remercierez plus tard. 🙂

Alors le point de croix, mah, qu’est-ceuh queuh c’est que ça?! Une nouvelle manière de repriser ses chaussettes? Une technique pour nouer ses lacets? Que nenni!

En fait, le point de croix est un genre de broderie où on n’est pas vraiment libre de broder en free style, puisqu’il faut faire des croix. Une anale-ogie qui vous parlera peut-être : C’est comme du pixel art, avec des aiguilles en plus (donc encore plus de fun qui pique!) Youpi!

Un billet de mars, et ça r’part!

Tel les flots impétueux de vif-argent dévalant les pentes enneigées de la terrible Épine du monde, mes veines charrient les humeurs du destin et du temps. Rien n’échappe au torrent tout-puissant, rien ne fera changer son cours, il avance, imperturbable et tumultueux. Son lit chaotique abrite toutes les créations de la nature et de l’homme, ses peurs et sa force souveraine.

La manipulation coule dans mes veines!

FEAR! FEAR THE WRAITH OF MY MIND!

Aujourd’hui, c’est le retour d’un thème qui m’est cher : la manipulation *__* Mais non (les amateurs de sensationnel vont être déçus je sens), pas de tortures psychologiques à base de Britney Spears, rien de tel, seulement de la gentille et amicale manipulation d’image.

Tentative de diversion

Version!

C’était une blague sponsorisée par l’AJMPDB (Association des Jeux de Mots Pourris en Début de Billet).
Et tout de suite, votre dose quotidienne bi-hebdromadaire (voir ce billet) de loufoqueries à dormir debout.

 

Je vois un peu ce blog comme LE moyen ultime pour avertir la grande communauté du web des grands périls modernes. En voici un nouveau : la diversion… Sournoise, et même vicieuse, elle se cache dans les SPAMS, dans les POP-UPS et autres blogs désolants d’inutilité et truffés d’images de BOOBS. On vous ment, on vous cache des choses… Voilà, vous êtes prévenus.

Maintenant, passons à l’aspect ludique de la chose : Comment réussir une bonne diversion qui marche?

Epic Search

Vous l’aurez peut-être remarqué, le blog est référencé sur les moteurs de recherche (et vous noterez aussi que je n’ai pas dit « bien référencé », ou « mal référencé ». Je préfère ne pas meridiculiser mouiller). Ce qu’il y a de marrant, avec tous ces moteurs, c’est qu’on peut y taper de tout (même Chuck Norris), et de n’importe quoi. Surtout de n’importe quoi, ce qui en fait des outils merveilleux.

Au secours, mon Geek est malade !

Les Geeks sont sensibles… (Rien à foutre!)
Les Geeks sont parfois poètes… (Ca nous intéresse pas!)
Les Geeks peuvent chanter et danser… (J’ai dit ça nous intéresse pas!)
Un Geek peut faire la cuisine ou les papiers peints… (Tu veux vraiment mon poing sur la g*****?)
Et ben puisque c’est comme ça, restez incultes!

Mais non, je rigole… Je voulais vous parler de ces petits êtres dociles, fragiles (non, c’est pas des lopettes, enfin voyons!!), que sont les Geeks.

 

Quand on en adopte un, on se rend bien vite compte que si on ne veille pas bien sur lui, il va très vite tomber malade, voire crever, tel un stupide Tamagochi – et même si on s’en occupe bien, car le Geek a un fort instinct de contradiction. Le problème, c’est que les maladies susceptibles d’atteindre un Geek sont assez particulières! Forcément, vu son mode de vie très spécial… Allez, je vais vous aider à y voir plus clair.

Les Peuzeuls c’est lolant

Votre reporter de l’extrème a cette fois exploré les contrées hostiles et inhabitées des  »Peuzeuls » pour vous, très chers lecteurs.

Au programme : comment qu’on fait un peuzeul, c’est quoi toutes ces petites pièces pointues qui font mal aux yeux quand on les jette très fort… 
Ainsi qu’une étude scientifique sur le rapport taille du peuzeul / douleurs oculaires et corporelles diverses. Enjoy!