Tous les chemins mènent à Miami

Parlant dans un précédent billet de Miami, San en a profité pour glisser « discrètement » une référence à Burn Notice. Je me devais de rebondir sur le sujet, et d’en faire un billet retour.

Il existe des règles qui régissent les répliques cultes, et ces règles semblent immuables. Michael Westen nous l’a ainsi prouvé en proposant une version étasunienne de notre célèbre :
– Où ça ?
– DTC

Ainsi, au tout début de la série, lors du permier épisode de Burn Notice, il pose la question fatidique, à laquelle répond son ex-petite amie à la gâchette facile :
– Where am I?
– Miami.

Where am I? Miami.

L’imprégnation en mémoire de ladite réplique se fait sans aucun problème, surtout après 60 génériques identiques d’épisodes où elle est inlassablement répétée.
Suite à cela, à chaque fois que le héros d’une série quelconque, suite à une nuit de folie, se réveillera en posant la fatidique interrogation « Where am I? », vous ne pourrez vous empêcher de vous adresser tout haut à votre moniteur en ces termes :
– Miami.
(N’oubliez bien évidemment pas la prononciation qui va avec : « Maillami »)

Après tout ce temps, on se demande encore comment Michael fait pour oublier à chaque fois, et pour reposer continuellement la même question…

Use your GPS

Je vous entends déjà, lâchant à brûle-pourpoint la question : « Mais où veut-il en venir ? ». Et je vous répondrai « Nulle part », alors même que la cohérence de ce billet commence à s’effilocher.

Là où les choses deviennent intéressantes, c’est lorsque la situation devient complètement incohérente. Appliquer cette réplique à toutes les situations possibles peut devenir comique. Un exemple illustré vaut mieux que de longs discours foireux :

30 jours de nuit à Miami

Si vous aussi, vous connaissez des répliques, des phrases qui sont inoubliables (pas nécessairement cultes, mais tellement rabâchées qu’elle sont imprimées au fer rouge sur l’intérieur de votre crâne), n’hésitez pas à nous les proposer. On pourrait probablement en tirer quelques images bien fendardes.
Sur ce, bonne glandouille sur le net, et à très bientôt pour de nouvelles aventures.

Michael Westen est perdu

Fais un effort, Michael…

5 Responses to Tous les chemins mènent à Miami

  1. San says:

    Je rebondirais bien avec un « Where am I ? – in the kitchen! » (comme Brian) Mais ça pourrait avoir l’air déplacé.

  2. Yosko says:

    En même temps, tu y es à ta place dans la cuisine, vu que t’es une femme 😉
    Hum, hum… désolé…

  3. geekounay says:

    Pis t’y es même pas en plus, t’es devant ton pc !

  4. San says:

    Non je suis devant un autre pc là, celui du boulot! Problème de faille spatio-temporelle je crois.

  5. Mouahahah says:

    Si j’entends encore un mot sortir de l’éolienne à merde qui te sers de bouche, JE TE CLOUE A l’AGRAFEUSE !!!! =)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>