Fan Service 【サービス】

Avant toute autre chose, un geek, ça n’est pas une personne à moitié humaine et à moitié elfe, qui vit reclus dans sa forêt de câbles, ses fourrés de poussières et dans des arbres binaires, ni un être lobotomisé qui passe sa vie devant un écran à parler avec des onomatopées tels que « Wow », « Rofl » et autres… Non…

En effet, ce merveilleux mot anglais désigne en fait une personne passionnée par un domaine précis, voire complètement obsédée. A cet égard, on pourrait très bien le rapprocher du mot « Fan », qui désigne une personne osbédée par une autre personne, un groupe de personnes, une œuvre,etc…

Et ça m’amène donc à ce point : un geek est bien souvent aussi un Fan : un geek féru de science sera par exemple fan de tel ou tel prix nobel, un geek de la bande dessinée sera fan de tel auteur. Attention cependant : la réciproque est fausse. Une adolescente en chaleur qui est fan de Tokio Hotel ne sera pas une geekette pour autant, car elle ne s’intéresse qu’aux personnes (voire, à la limite aux « oeuvres »), mais pas à un domaine général.

Les cibles de cette obsession (entendez : les auteurs / musiciens / producteurs / etc…) l’ont bien compris, et dans leur grande bonté, ils ont inventé le Fan Service. Le but étant de fournir sous un air faussement charitable des quantités plus ou moins importantes d’éléments qui plairont aux fans et qui ne coûtent pas plus cher (parce que bon, quand même, on va pas dépenser un sou de plus pour ces vils geeks dégénérés, quand même, alors qu’ils peuvent se contenter d’apercevoir le bout d’une fesse pour être tout en émoi !!!). Comme vous l’aurez deviné, le Fan Service se traduit souvent par un peu plus de nudité côté féminin, et un peu plus de cool attitude côté meccas masculin – les meccas étant en fait là pour simplement pouvoir dire « moi, j’en ai une grosse !« .

Cependant, les producteurs en général – et les producteurs de dessins animés japonais plus particulièrement – ont flairé le truc, et ils ont décidé de l’enfoncer plus profond encore (sans mauvais jeu de mot, hum hum…). C’est devenu une technique surexploitée, permettant de cacher les maigres talents des scénaristes, ou tout simplement pour faire des profits quand on n’a rien à vendre. Ce sont de vils chacaux du bengale, et beaucoup de fan-boyz puristes crient au scandale. Lesdits fan-boyz passant déjà leur temps à mater du porno et du hentai, ils en ont un peu marre de voir des bouts de seins surdimensionnés partout. Vous comprenez, les pauvres risquent des crampes aux muscles des mains et des bras, et un assèchement de la rétine, à force de garder les yeux ouverts comme des soucoupes (ben oui, pour voir un bonnet Z en entier, faut ouvrir les yeux vachement grand !).

A noter que cela rappelle beaucoup la règle 34, dont je vous ai très certainement déjà parlé. En fait, il s’agit ici d’une application de cette règle, communément appellée règle 34 appliquée aux animes (voir sur le site de raton-laveur.net). De plus cette règle suit les mêmes principes que la loi des mensurations pour les OS-tan. Comme quoi, on n’a rien inventé.

Personnellement, moi je dis OUI au Fan-Service outrancier ! Si certains se disent que trop d’allusions sexuelles tuent le scénario, je dis que ces allusions surviennent justement quand il n’y a aucun scénario. Quand on sait qu’il ne peut rien se passer d’intéressant, autant en profiter pour se rincer l’oeil.

Vous connaissez certainement ce gag : le jeune héros timide – sortant de la douche avec juste une serviette cachant sa nudité – qui tombe accidentellement, emportant dans sa chute la plantureuse et innocente jeune fille qu’il connait à peine, se retrouvant sur elle, complètement nu et le sexe à l’air juste au dessus du décolleté vertigineux de la belle. Mais siiii, vous connaissez forcément ça ! C’est généralement le moment que choisit l’amie d’enfance du héros pour surgir, et se méprenant sur la situation, elle sort un marteau gigantesque avec écrit « 900t » dessus. J’avoue qu’après avoir vu ce même gag dans plus de cinq animes différents, on peut commencer à se lasser, mais bon… ce sont les risques du métier.

Pour compenser cette surenchère de chair et de peau, il faut généralement au héros un outil qui permettra de montrer innocemment à quel point il est aussi cool et puissant que ces filles sont sexy et nues. Il pourra pour cela choisir parmi les accessoires suivants :

  • Le mecca : souvent un très bon choix. Un robot gigantesque et aussi irréaliste que les bonnets de soutien-gorge présentés ci-dessus, qui lui permettra de vaincre d’un geste ultra-classe tous les méchants de l’anime. Sans trop m’étendre sur le sujet, je dirais qu’il s’agit sans doute de l’outil le plus cool dans toute la panoplie du héros d’anime. Cependant cela nécessite un budget conséquent, ce qui n’est pas abordable pour toutes les bourses…
  • La coupe de cheveux : plus les cheveux seront longs, plus les mèches tomberont de manière anarchique, et plus le niveau de coolitude augmentera. Cela s’accompagnera souvent d’un grand manteau, une cape ou un kimono, flottant au vent. Rien ne vaut une coupe de super-saiyen pour faire craquer les fan-boys. Attention cependant à ne pas reproduire cela à la maison, sous peine de finir comme Tokio Hotel (et de faire fondre les yeux des personnes de votre entourage).
  • La longueur de l’épée : si le héros ne combat pas dans un mecca, c’est sans doute que c’est un vrai gros dur. Dans ce cas là, il aura forcement besoin d’une épée. Mais attention, pas n’importe quelle épée. Le niveau de coolitude est directement proportionnel au poids de la lame (par corollaire : plus l’épée est longue, plus le héros a la classe). En bref, dans son petit corps de geek tout maigrichon, notre héros portera une arme 2 à 10 fois plus lourde que lui. Et ça, c’est du Fan-Service de tueur ! A noter que cette règle s’applique aussi pour les personnages féminins dotés de marteaux pour frapper les pervers.

  • Les techniques spéciales : portant toutes un nom très bizarre, elles permettent au héros de s’afficher de façon plus verbale. Du célèbre « kamehameha » au « chewing rafale », en passant par « Zangetsu », il est absolument primordial. Cela peut aussi se présenter sous la forme d’un pouvoir magique de quelque sorte que ce soit.
  • Enfin, si le héros ne parvient pas à rentrer en possession de l’un de ces artéfacts, il sera tout naturellement nommé l’anti-héros, et pour compenser, il faudra absolument l’entourer d’un harem de filles toutes prêtes à se donner corps et âme (mais surtout corps) à lui.

Pour en savoir plus :

Allez, bon vent ! Et surtout, n’oubliez pas : Saabisu, saabisu !

3 Responses to Fan Service 【サービス】

  1. San says:

    Obsédé! Et vous, lecteurs, bande de pervers! 😛

  2. dragow says:

    même pas vrai, je suis un saint homme, et puis on y peux rien si les mangas (bleach en particulier) sont remplis de trucs pervers.

  3. Yosko says:

    Je me rend compte que j’ai beaucoup puisé dans Bleach pour les images, mais c’était parfaitement inconscient. C’est certes un exemple typique de ce qui se fait en Fan-Service, mais il y a bien pire pour ce qui est des allusions saixouelles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>